Acceuil Plexicrew

Accueil > Les news de l’équipe première > Avec autorité !

Avec autorité !

dimanche 11 octobre 2015, par Guitch

Les corsaires ont signé un troisième succès de rang en venant à bout d’une équipe de Neuilly au terme d’un rude combat. Le public a été impressionnant dans le dernier tiers temps.

Joé Dubé vient d’envoyer Raffoux au paradis. Ramon Sopko, dépité, a sa part de responsabilité dans la défaite des siens.

Depuis son retour en D1, Dunkerque n’avait pas connu un tel début de saison. Habitués à un turn over important durant l’été, les maritimes mettent toujours du temps à entrer dans leur championnat. Cette année, ils ne leur aura fallu que deux journées pour prendre le rythme d’un candidat sérieux aux play off. Le calendrier, même à domicile, n’était pourtant pas favorable.
La venue de Neuilly constituait un sacré défi avec un effectif de grande qualité, classé par certains parmi les quatre ou cinq prétendants au titre.

Antoine Houque, récompensé de son travail et de ses deux buts vainqueurs, est repositionné aux côtés de Joe Dubé et Michael Buonincontri sur le front de l’attaque. Le dunkerquois est puni d’entrée pour un accrocher, pas du tout à son goût. La colère de Raffoux gronde déjà après 30 secondes de jeu. A peine en supériorité, Neuilly se presse en zone offensive. Lafrance dégage son camp le long d’une bande mal couverte par l’arrière garde nocéenne. Il n’en faut pas plus à Budinsky pour faire parler sa vitesse et porter le palet sur l’aile droite. Le tchèque sert à merveille Mikusovic qui reprend instantanément dans le but de Sopko (1-0). Le duo magique de ce début de saison a encore frappé !
Les hommes d’Antoine Richer gèrent parfaitement leur infériorité. A ce détail près que Lafrance doit lui aussi rejoindre la prison. Aucune conséquence non plus au tableau d’affichage. Les deux supériorités proposées aux corsaires dans ce tiers ne donnent rien non plus. La rencontre est clairement deux tons au dessus de celle de la semaine passée face au Mont Blanc. Elle est aussi plus électrique. GrandMaison et la nouvelle recrue Alan Dana sont à deux doigts d’une explication musclée en fin de tiers, augurant un match tendu pour la suite.

Mikusovic, servi par Budinsky et Lafrance, n’a pas attendu la fin de la première minute pour ouvrir la marque.

A cinq contre cinq, le HGD continue de se montrer dangereux dans le deuxième tiers à l’image d’un Budinsky très remuant hier soir. Malheureusement les dunkerquois sont régulièrement pénalisés... parfois bien sévèrement par l’arbitre de la rencontre. Des infériorités plutôt bien gérées par les maritimes. Neuilly fait le forcing et durcit le jeu, parfois à la limite. Dunkerque fait le dos rond tout en ne lâchant pas la pression sur l’échec avant. A ce jeu là, Michael Buonincontri est récompensé de son travail. Il profite d’une énorme erreur de Ramon Sopko pour récupérer le palet. Le canadien prend tout son temps pour crucifier le portier nocéen (2-0). 22 secondes plus tard, il remet ça sur un service de Joe Dubé (3-0). Raffoux s’embrase et l’ambiance, tout juste correcte jusque là va commencer à prendre. Le combat est âpre. Neuilly tente clairement de pourrir la situation, ce qui n’est pas du goût de Dubé qui le fait largement comprendre à Arthur Cuzin, pris en grippe par le public maritime. Le jeu à cinq contre cinq est finalement assez rare dans ce deuxième tiers qui ne donnera plus rien.

Buonincontri assome Neuilly

Il reste un tiers à gérer pour le HGD. Les 3 buts d’avance n’offrent encore aucune garantie. Le festival des pénalités reprend d’entrée de jeu. Dunkerque ne profite pas de sa supériorité, au contraire des bisons qui reprennent espoir grâce à un Guillaume Pelletier très en vue hier (3-1). Un but qui relance complètement un match électrique. Le public maritime a bien compris que tout pouvait vite basculer et pousse son équipe. C’est pourtant la douche froide lorsque Cerny, nouvellement arrivé chez les bisons sert Sinkovic. Martel ne peut rien (3-2). La quinzaine de supporters visiteurs ayant fait le déplacement reprend espoir. Impossible pour eux de vraiment se faire entendre dans une patinoire Michel Raffoux à la hauteur de sa réputation. Toujours est-il que Neuilly est désormais à portée de fusil. Mais le HGD de cette saison a du caractère. Budinsky encore lui allume la mèche derrière la cage, il sert Dubé qui envoie la rondelle dans la lucarne opposée de Ramon Sopko (4-2). C’est le but de trop pour Neuilly et la délivrance pour une patinoire en fusion. Il reste 8 minutes à jouer. La folie s’empare de Raffoux transformé en véritable enfer pour les joueurs de l’Ile de France. Certains perdent leurs nerfs, depuis le banc, en invectivant le public, mimant l’égorgement ou sur la glace par de vilains gestes. Les dunkerquois font preuve d’autorité à l’image de Moretti, Janik et Mikusovic qui rappellent aux fauteurs de troubles qu’ils sont en terres corsaires. Le public, lui, n’en finit plus de chanter et peut exulter au coup de buzzer final.

Michael Buonincontri au pressing. La canadien a été récompensé par un doublé.

Le HGD continue sa belle série malgré un calendrier pas simple. Les supporters sont sortis enthousiasmés par cette équipe au sein de laquelle la mayonnaise semble prendre. Très solides en défense, les hommes de Richer peuvent s’appuyer sur un Martel plus que rassurant. Depuis 3 matchs ils savent aussi marquer les buts qu’il faut pour couler leurs adversaires.
Les corsaires pointent à la 5ème place et voient se profiler 3 matchs où ils seront clairement favoris. Un statut précaire dans une D1 toujours aussi indécise... mais la porte est ouverte pour faire sauter la banque. Le peuple de Raffoux n’a qu’une hâte, retrouver cette belle équipe et cette ambiance hors normes.

La fiche