Acceuil Plexicrew

Accueil > Les news de l’équipe première > Monsieur Antoine Houque !

Monsieur Antoine Houque !

dimanche 4 octobre 2015, par Guitch

Le HGD s’est imposé sur le fil face au Mont Blanc au terme d’un match laborieux mais qui vaut 3 points. Une nouvelle fois, c’est Antoine Houque qui a inscrit le but décisif... A 18 secondes de la fin.

Antoine Houque est l’homme des fins de matchs

C’est l’homme du moment. Cantonné à la D3 depuis deux saisons, Antoine Houque vient d’inscrire deux buts vainqueurs en deux matchs avec la D1. Hier soir, face au Mont Blanc, il a attendu les 18 dernières secondes pour crucifier des Yétis qui avaient longtemps fait déjouer les corsaires.

Dans une ambiance très calme, le duo Mikusovic – Budinsky sonne la première incursion dangereuse du match. Les Yétis répondent par un deux contre un bien stoppé par un Martel vigilant. Les deux équipes s’observent et prennent peu de tirs sur les cinq premières minutes d’un match dont le rythme n’emballe pas le public. Un accrocher de Gleveau sur Destoop en sortie de zone donne la première unité spéciale aux locaux. Avant même d’avoir pu installer leur jeu de puissance, une perte de palet à la bleue défensive offre un 2 contre 0 au Mont Blanc. Ranzoni n’a qu’à servir un Valerian Croz qui ajuste son tir dans la cage d’un Martel qui ne pouvait rien faire (0-1). Une erreur défensive qui coute cher. Les dunkerquois se révoltent et profitent de la fin de leur supériorité pour pilonner Tom Charton. Il sauve les siens par trois fois. Le temps fort dunkerquois se poursuit à l’image d’un Moretti qui impose son jeu physique. Mikusovic butte à nouveau sur Charton, tout comme Baazzi, bien servi par Buonincontri. Les Yétis sortent doucement de leur torpeur et procèdent par contre. A ce jeu là, le duo Aimonetto – Coulon est dangereux. Martel doit réaliser un sauvetage sur l’ex-international. Une pénalité infligée à Mikusovic permet aux visiteurs de lancer sur Martel. Le cerbère corsaire voit son poteau lui prêter main forte sur un tir de Croz. De l’autre côté, le danger est souvent porté par le premier trio. Mikusovic adresse une longue passe millimétrée à Budinsky. Le tchèque ne parvient pas à profiter de sa demi-longueur d’avance sur la défense des Yétis et butte sur Charton. Les dunkerquois sont menés contre le court du jeu, largement endormis par le Mont Blanc.

Martel et sa défense se sont montrés vigilants.

Le palet à peine engagé dans le 2ème tiers, que Budinsky remet les pendules à l’heure (1-1). Le 5ème but du 81 maritime remet son équipe dans le coup. Des corsaires qui retrouvent leur capitaine en ce début de période. Sur sa première incursion, Clément Thomas se montre immédiatement dangereux. La pression est sur le Mont Blanc qui se retrouve très vite en infériorité. Janik prend un lancer de la bleue. Après un cafouillage devant la cage, le palet finit au fond des filets... Un but refusé par monsieur Le Berre qui avait déjà sifflé un palet injouable. Le power play ne dure pas puisque Younes Baazzi est sanctionné pour une charge incorrecte qui provoque le courroux d’un public criant à la simulation.
Le début de tiers est clairement dunkerquois. Moretti est à deux doigts de reprendre une passe de Destoop mais sur leur premier tir cadré de la période, les yétis vont reprendre l’avantage. En contre, Arthur Coulon, en face à face avec Ballet, prend un lancer qui fait mouche (1-2). Le HGD fait le forcing à l’image de Mikusovic qui butte encore sur le portier visiteur. Les contres du Mont Blanc sont tout aussi dangereux, Martel est sauvé une 2ème fois par son poteau. Mikusovic, encore lui, s’appuie sur un une-deux avec Budinsky pour porter le danger mais manque le cadre.
Les débats se tendent et le jeu proposé est assez limité des deux côtés. Sur le flan de l’attaque, Derepper et Bataille prennent un peu de temps de jeu. Bochatay et Dubé échangent, quant à eux, quelques amabilités suite à un brassage devant la cage de Charton. Les deux joueurs rejoignent la prison pour 14 longues minutes. La majorité des tirs sont dunkerquois. Un forcing récompensé alors que les hommes de Richer sont en infériorité suite à un retard de jeu. En contre, Budinsky sert Mikusovic depuis l’aile droite. Le tir du slovaque frôle le montant gauche de Charton. Mais le 90 dunkerquois a bien suivi, sa deuxième tentative fait mouche (2-2).

Mikusovic intenable

Tout est à faire dans cette troisième période. Le jeu est plus équilibré, le Mont Blanc sollicitant davantage Martel. Au fil des minutes, la pression dunkerquoise s’accentue. A la mi tiers, Budinsky est à deux doigt de trouver la faille sur un nouveau service de Mikusovic. Juste derrière, le tir de Lafrance est bien stoppé par Charton. La ligne Moretti-Destoop-Thomas retrouve quant à elle ses automatismes et met souvent le feu dans la défense des Yétis. Quelques instants plus tard, Mikusovic loupe le coche alors qu’il est seul dans l’enclave.
Le temps fort dunkerquois n’est pas récompensé. Les hommes de Richer pensent pouvoir profiter d’un nouveau power play suite à une vilaine crosse haute de Coulon sur Janik mais monsieur Le Berre punit immédiatement le HGD pour un retard de jeu pas vraiment mérité. Une décision qui provoque la colère de Raffoux. La tension est palpable et le but du KO est proche. Aucune des deux équipes ne trouve la faille. On se dirige tout droit en prolongation lorsque Michael Buonincontri fait le forcing derrière la cage. Il peut servir Houque qui tire en pivot à ras la glace. Sa tentative trompe Tom Charton (3-2). Le chronomètre affiche 18 secondes à jouer. Raffoux s’enflamme comprenant bien que ce but est synonyme de victoire. Comme la semaine passée, celui qui porte désormais le numéro 4 chez les corsaires, vient d’offrir 3 précieux points à son équipe. Un but qui récompense un match solide de sa part avec un temps de glace qui devient plus que sérieux.

2ème victoire de rang pour le HGD.

Avec cette deuxième victoire, le HGD reste 7ème au classement mais s’installe surtout dans le bon wagon pour la lutte vers les play offs. Le bilan comptable après 4 matchs est tout à fait intéressant et bien plus prometteur que la saison dernière.
Samedi prochain, les corsaires ont l’occasion de rentrer dans le TOP 5 avec la venue de Neuilly. Une équipe solide qui s’est bien renforcée à l’intersaison. Si monsieur Antoine Houque pouvait nous refaire le coup...

La fiche